Interview : Bilan du stage EDF féminine

 In Féminines, International
 

Ce week-end, se déroulait à Lyon un stage de l’équipe de France féminine. Etaient convoquées pour ce stage, notre gardienne Mélissa MARE et notre centre Lucie LIVERSAIN.

rouenfloorball.com vous propose une interview de nos deux représentantes pour faire un bilan de ce regroupement.

rouenfloorball.com : Bonjour les filles, vous revenez de Lyon où vous avez participé au stage de l’équipe de France féminine. Comment s’est déroulé ce stage ?
Lucie LIVERSAIN : C’était le premier stage après l’International de Tourcoing où nos rencontres face à la Grande-Bretagne se sont soldées sur deux victoires pour notre équipe de France. Mais il y a beaucoup de choses à travailler, notamment sur le placement, les automatismes de jeu en attaque comme en défense, tant mieux on était là pour ça. Donc on a pu bien bosser tous ces éléments en conservant les lignes du tournoi.
Mélissa MARE : Le stage s’est très bien déroulé. L’organisation était vraiment top ce qui a je pense permis de nous mettre rapidement au travail dans des conditions optimales.

rouenfloorball.com : Mélissa, c’était ta première convocation en équipe de France. Comment as-tu abordé cet événement ? As-tu ressenti de la pression ?
Mélissa MARE : J’avais pu admirer du banc des spectateurs la qualité de cette équipe suite aux belles prestations de Tourcoing. Aussi, c’est avec une émotion positive que j’ai abordé cette première convocation. Je n’avais qu’une envie, jouer, apprendre, progresser et avancer avec cette équipe. Je n’avais étrangement pas de pression juste envie d’avancer encore et encore ! Il me tardait également de retrouver les goalies !

rouenfloorball.com : Lucie, toi qui a participé aux premières rencontres de l’histoire de l’équipe de France féminine contre la Grande-Bretagne en novembre à Tourcoing, est-ce difficile de commencer une aventure en partant de zéro ? Les sélectionneurs arrivent-ils à faire prendre la mayonnaise ?

Lucie LIVERSAIN : On commence à mieux se connaître avec Sylvie et Yann, les sélectionneurs, ça fait maintenant un an qu’ils sont là pour nous. Personnellement je suis très reconnaissante pour la confiance qu’ils ont en nous, je marche beaucoup à l’envie et on est clairement en climat d’émulation avec eux et toute l’équipe. Venant de Suisse, ils ont une expérience qu’ils n’hésitent pas à partager avec nous et ça nous permet d’avancer collectivement comme aussi individuellement.

rouenfloorball.com : Quels ont été les axes de travail pour ce stage ? Un travail spécifique gardien a t-il été mis en place ?
Lucie LIVERSAIN : L’axe de ce stage a été la définition et l’ancrage d’automatismes, nous avons toutes des clubs de rattachement et des équipes différentes dans lesquels nous avons des rôles définis. Dans cette équipe de France, il faut changer de braquet et jouer autrement pour trouver l’harmonie et l’éfficacité d’une ligne. Ca a été un travail important ce week-end pour la ligne sur laquelle je suis avec Pauline MENEUST et Anna BROWNE en attaque puis Aurélie BOUCHER et Christelle PIN en défense. On a trouvé un positionnement qui marchait mieux en fin de week-end, à confirmer lors des prochains stages !
Mélissa MARE : Les goalies ont effectivement, sous le regard bienveillant de Yann, bénéficié d’un entraînement spécifique adapté à leur poste. Nous avons pu travailler des fondamentaux (échauffement, posture, état d’esprit d’un gardien) mais également en ce qui me concerne sur la correction de mauvaises habitudes prises. Nous avons pu travailler nos déplacements, les relances… Cela permet de repartir dans son club avec des axes de travail. Nous avons également travaillé avec l’ensemble de l’équipe sur des ateliers spécifiques.

rouenfloorball.com : Pensez-vous que votre participation au championnat de France de division 2 avec les hommes vous apporte un réel plus pour aborder des stages avec un niveau d’exgence élevé comme cela a été le cas ce week-end ?
Lucie LIVERSAIN : Sur le plan physique c’est clair. L’exigence de la D2 en terme de rythme oblige les joueuses à avoir un bon fond physique pour ne pas perdre en lucidité trop rapidement. Et de retour avec les filles ça permet de faire la différence pour être la première sur la balle, là où c’est plus rarement le cas en D2. Je pense que Mélissa, notre gardienne, progresse aussi beaucoup avec la D2 car la variété, la puissance des shoots et le nombre de un contre un est plus important. A défaut de pouvoir rencontrer souvent des filles qui ont un niveau technique et physique comparable à la D2, c’est une bonne alternative. A nous les filles de continuer à élever le niveau de jeu pour se rapprocher de celui de la D2 !

Mélissa MARE : Je rejoins Lucie dans sa réflexion. Grâce notamment à la D2, je me suis sentie beaucoup plus alerte.

rouenfloorball.com : Vous étiez invitées à un évènement sportif samedi soir pour faire la promotion du floorball à l’occasion des 24 heures du sport féminin. Pouvez-vous nous en parler ?
Lucie LIVERSAIN : Toute l’équipe était conviée au match de hockey sur glace de D1 opposant Lyon à Nice. Victoire de Lyon avec beaucoup de maîtrise, alors que Nice menait de 2 buts à la reprise du 2ème tiers. Nous avons pu nous présenter aux 3000 spectateurs présents en délivrant sur la glace les récompenses de fin de match aux meilleurs joueurs. C’est par des événements comme ça que le floorball se fait aussi davantage connaître, à voir si on peut tenter de faire ça chez nous à Rouen.
Mélissa MARE : C’était un moment très fort. D’autant que nous avions reçu notre équipement France Floorball. Cela permet de former encore un peu plus une entité visible et que ce sport soit connu et reconnu ! Selon moi, vivre des émotions comme celles-ci soude un groupe.

rouenfloorball.com : Quelles sont les prochaines échéances pour l’équipe de France féminine ? Des matchs sont-ils prévus prochainement ?
Lucie LIVERSAIN : Des matchs sont prévus mais les coachs n’ont rien laissé filtrer ! On en saura certainement plus lors du prochain stage du 25 au 27 avril.
Mélissa MARE : Je les attends avec impatience !

Recent Posts